GONELORE T. 4 – NEJABETH

19,50

« Personne ne connaît ces créatures, ou personne ne les a vues depuis des siècles. Mais je crains de les voir grouiller sous nos pieds en une armée de pattes et de mandibules. » Après les drames qui ont frappé Mageronce, la confrérie est plus fragile que jamais. La vieille garde est à bout de souffle, privée de ses meilleurs éléments, tandis que la nouvelle génération n’est pas encore prête à prendre les chemins… Et pourtant, professeurs et apprentis doivent relever des défis comme les Arpenteurs n’en ont pas connus depuis longtemps. Car le Voile semble près de se déchirer sous la pression de hordes de chimères, et les Arpenteurs constituent l’ultime barrière entre ces monstres et les populations de Gonelore ! Pour regarnir ses rangs, le Concitre se voit contraint d’ouvrir les portes de l’école à de nouveaux maîtres. Et même à d’anciens ennemis, sans pour autant leur faire confiance… En a-t-on vraiment fini avec les traîtres qui ont semé le chaos dans le plus ancien sanctuaire des hommes ? Le poison distillé dans les esprits troublés pourrait se révéler plus dangereux encore que le fracas des armes. La Mageronce elle-même semble vouloir prendre part aux événements, en révélant quelques-uns des secrets qu’elle gardait pourtant depuis un millénaire. Mais alors que les plus courageux ou les plus fous répondent à l’appel de l’entité, tous s’interrogent : souhaite-t-elle la victoire des mortels, ou celle des créatures avides de chair et de sang ? La croix des fées|Gonelore, n° 4

1 en stock

UGS : 9782915621464 Catégorie : Étiquettes : ,

Description

Fragilisée par les drames qui ont frappé Mageronce, la confrérie des Arpenteurs est pourtant l’ultime rempart pour protéger les populations de Gonelore des hordes de chimères qui les menacent. Pour regarnir ses rangs, le Concitre se voit contraint d’ouvrir les portes de l’école à de nouveaux maîtres, y compris à d’anciens ennemis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*