Viens Dans Mon Comic Strip : Mad Love



MAD LOVE

Maladie d’amour

 

Pour toute une génération de lecteurs, Batman, c’est le formidable cartoon que Paul Dini et Bruce Timm ont produit au début des années 1990. Revisitant les recoins les plus sombres de Gotham City, la série affiche un humour cinglant. Grand écart qu’incarne à merveille un personnage alors inédit dans les comic books, Harley Quinn.

 

Complice du Joker, son fameux “poussin”, Harley Quinn est une foldingue meurtrière au passé obscur. Développée dans la série animée, elle est présentée comme l’acolyte du Joker, apportant un côté sexy et déluré dans le petit monde du clown du crime. Mais il faudra attendre février 1994 et la parution du numéro spécial intitulé Batman Adventures : Mad Love, pour en savoir plus sur elle.

Batman Adventures, pour les retardataires, c’est l’adaptation en BD de la série animée. Du polar sombre sur fond de dessin rond, merveilleusement servi par Ty Templeton ou le vivement regretté Mike Parobeck. Dini et Timm, les deux papas de Harley Quinn, profitent donc de ce numéro hors série pour donner davantage de consistance à leur personnage fétiche. Les lecteurs peuvent donc découvrir Harleen Quinzel, psychiatre travaillant à l’Asile Arkham et faisant montre d’une fascination morbide pour le Joker.

Le récit présente deux qualités évidentes. D’une part, Harley Quinn parvient à accomplir un exploit qui a encore échappé au Joker : capturer Batman et l’enfermer dans un piège mortel, le héros ne devant son salut qu’à l’ego surdimensionné de son adversaire, pris d’un désir irrépressible d’intervenir.

 

D’autre part, Dini et Timm ne commettent pas l’impardonnable impair de fouiller dans une éventuelle enfance malheureuse de la vilaine clownesque, faute de goût que plein de scénaristes de l’opération super-vilains de l’année dernière ont commises sans vergogne aucune. Au contraire, ils s’intéressent à la Harley adulte, et si péché originel il y a, foin de traumatisme d’enfance et encore moins de déterminisme (avec son cortège de prétextes larmoyants). Une leçon à retenir.

Harley face à Batman

En France, étonnamment, il n’existe qu’une seule traduction (à ma connaissance, loin d’être encyclopédique) de Mad Love, dans le sommaire de Batman Magazine #10 à #18, chez Semic, à la fin des années 1990. Tronçonné en segments de quatre pages environ, le récit souffre également d’une traduction que l’on qualifiera pudiquement de peu soignée, où les références au dessin animé, les tics de langage et les jeux de mots font l’objet d’un mépris constant, quelque part entre l’oubli, la négligence et l’incompréhension. Quel dommage, d’ailleurs, l’écriture est telle que l’impression d’entendre les voix du dessin animé transpire à travers les planches. Un peu plus, on entend Mark Hamill. Et bien traduit, on aurait presque pu entendre Pierre Hatet !

Un Joker plus que vivant

À défaut d’autre chose, la lecture de cette VF permettra au moins de découvrir un récit qui constitue l’un des sommets de Batman Adventures (avec le deuxième annual où Ra’s al Ghul évolue dans un style pseudo-Kirby, ou l’épisode marquant l’apparition de Roxy Rocket). Mais les plus fouinards pourront chercher le TPB Batman Adventures : Dangerous Dames & Demons, compilant diverses perles.

Vivement que les Américains republient Mad Love, mettant ainsi à disposition un récit formidable sous une forme numérique qui corresponde aux techniques d’impression actuelles.


In Memoriam : Fred Kida


 

Le dessinateur et encreur Fred Kida est décédé à l’âge de 93 ans.

Fred Kida débuta sa carrière au début des années 40 et est surtout connu à l’époque pour avoir travaillé sur le personnage d’Air Boy co-créé par Charles Biro pour Hillman Periodicals.



Dans les années 50, après un passage chez Lev Gleason Publications, il signe chez Atlas Comics, future Marvel, de nombreuses histoires dans tous les genres (guerre, horreur, humour, western…). Il reviendra chez Marvel dans les années 70 où il officia surtout en tant qu’encreur sur des séries comme Iron ManKa-ZarLuke Cage ou encore Captain Britain pour Marvel UK.


Parmi ses travaux pour les strips de presse, citons The Spirit (il fut l’un des assistants de Will Eisner), Flash Gordon et surtout The Amazing Spider-Man, qu’il dessina régulièrement dans les années 80.




La Semaine Comics: Jeunes Titans, Sean Ryan, RoboCop, 24, Age of Ultron


 

Après un court arc sur la série Red Hood & the Outlaws, le scénariste Will Pfeifer et le dessinateur Kenneth Rocafort s’associeront sur la relance du titre Teen Titans. Si l’équipe ressemble beaucoup à la précédente mouture composée par le scénariste Scott Lobdell, Pfeifer promet l’apparition de nouveaux jeunes méta-humains, et leurs lot de catastrophes, que les Teen Titans semblent attirer. La sortie de Teen Titans #1 est prévue pour juillet.

 

 

L’éditeur DC Comics annonce aussi la relance du titre Suicide Squad avec le scénariste Sean Ryan et le dessinateur Jeremy Roberts (gagnant du concours Harley Quinn) aux manettes. Première mission de la nouvelle équipe: un voyage dans la Russie de Vladimir Poutine. Sortie en juillet.

 

 

Mais avant, Sean Ryan (ancien rédacteur de Astonishing X-Men période Joss Whedon) s’occupera, en collaboration avec le jeune dessinateur Ron Ackins, d’un numéro spécial de Uncanny X-Men où les jeunes mutants de Cyclope, avec l’aide de Nova et de Iron Man, devront partir sauver leur leader kidnappé par un très veille ennemi des X-Men. Sortie en juin.

 

 

Le dessinateur J. Scott Campbell a réalisée trois couvertures inter-connectées pour Superior Spider-Man #31, Amazing Spider-Man #1 et ASM: Learning to Crawl #1 qui seront vendues exclusivement par le magasin Midtown Comics.

 

 

Ayant refusé deux fois le projet, le scénariste Joshua Williamson (Ghosted, Captain Midnight) a finalement accepté la proposition d’écrire une série RoboCop pour le compte de l’éditeur Boom! Studio, avec la collaboration du dessinateur Carlos Magno (Deathmatch). Il a cependant posé ses conditions: d’abord, son histoire sera une suite directe au premier film de 1987 (seul digne d’intérêt d’après lui) et retournera aux racines de la franchise violente et burnée.

En pleine chasse aux porte-flingues, Robocop et l’agent Lewis font la rencontre de Killian, un truand qui aspire à ramener le chaos dans les rues de Chicago et qui voit en Alex Murphy un défi de taille. Robocop #1 sortira en juillet.

 

 

 

A l’occasion de la diffusion prochaine de 24: Live Another Day, l’éditeur IDW Publishing publiera une nouvelle mini-série 24, sous-titrée « Underground« , avec le scénariste Ed Brisson (Sheltered, Sons of Anarchy) et le dessinateur Michael Gaydos aux manettes. L’histoire se déroulera entre la fin de la saison 8 et la nouvelle série. Elle racontera pourquoi Jack Bauer s’est caché en Ukraine ces dernières années.

 

 

 

Après avoir tenté le costume de super-policier furtif du S.H.I.E.L.D. avant de ré-endosser son ancien attirail pour combattre l’H.Y.D.R.A. (Captain America: Le Soldat de l’Hiver), Captain America (toujours incarné par Chris Evans) a arboré son tout nouveau costume de vengeurs (voir le logo officiel sur l’épaulette) lors du tournage de Avengers: Age of Ultron qui se déroule en Corée.

 

Découvrir aussi:


Teaser : Ninja Turtles


Dévoilé lors des derniers MTV Movie Awards, le premier spot TV U.S de Ninja Turtles révèle un bref aperçu de Raphael et de Maître Splinter, personnages absents de la première bande-annonce mise en ligne fin mars.

 

Retrouvez le ci-dessous, en V.O. :

[video:1407]

 

 

 


Top CS hebdo du 07/04/2014 au 13/04/2014